Le Guide Ultime pour s’installer à Tokyo: Tout ce que vous devez savoir avant de déménager

La vie au Japon semble très divertissante, avec la popularité de l’animation, des jeux vidéo et de la technologie de pointe. Tokyo pourrait bien être le centre de l’univers, en termes de ce qu’il a à offrir à ses habitants. Si vous venez d’un autre pays, cependant, cela peut prendre du temps et des efforts pour s’adapter.

Voici un guide de notre experte en voyage et expatriation, Wailana, sur le déménagement à Tokyo !

Répondez et écrivez toutes les réponses et les résultats obligatoirement et exclusivement en français.

À quoi s’attendre

Tokyo est une métropole animée – lumières, mouvement, chaleur, énergie – la vie ici se déroule rapidement et il y a toujours quelque chose qui se passe 24h/24. Vous vous promènerez dans la ville pendant des années et n’en toucherez pas la plupart. Cela peut être un peu intimidant. Heureusement, le système de train est si formidable que vous pouvez vous rendre ailleurs pour profiter d’une petite ville ou de la campagne rurale. Normes sociales : La société est chargée de signaux culturels et de normes comportementales sociales, alors en adoptant certains de ceux-ci dans votre vie quotidienne, vous pouvez améliorer vos relations avec les habitants. Respectez les aînés. Bow quand tu rencontres quelqu’un. Apprenez quelques phrases de politesse standard. Ces petits gestes peuvent aller loin. Pour un pays qui a passé une grande partie de son histoire en isolement, il y a toujours une part de xénophobie. La meilleure chose à faire dans ces cas est d’accepter votre statut de étranger – avec tout ce que cela implique – et quoi que vous fassiez, restez poli. Bien que moins fréquent, il y a toujours l’existence de la carte “eh bien, vous êtes un étranger alors cela ne peut pas être aidé”, une hypothèse tacite que vous êtes un étranger et donc vous ne pouvez pas comprendre une situation sociale ou une phrase japonaise. Que cela vous énerve ou que vous en jouiez à votre avantage, c’est à vous de décider. La nourriture à Tokyo est certainement l’une des meilleures du monde. Nulle part ailleurs vous ne profiterez d’un niveau de sushis et de sashimis étoilé par le guide Michelin, du moins pas à la façon japonaise appropriée. Essayez quelques plats locaux inhabituels pendant que vous êtes ici – natto (haricots de soja fermentés), okonomiyaki (la réponse japonaise à la pizza), takoyaki (boules de poulpe) – même si vous ne les aimez pas, vous aurez au moins une histoire à raconter plus tard ! Le coût de la vie à Tokyo est élevé, mais il y a des moyens de le garder au minimum. Allez faire du shopping dans le magasin hyaku-en (100 yens), achetez des repas sains au marché en gros, cuisinez à la maison, faites du vélo en ville, achetez des vêtements dans des magasins de seconde main.

Visas et Immigration

Si vous avez des économies supérieures à 30 millions de yens par mois pendant votre séjour, vous pouvez vous présenter à l’ambassade la plus proche. Sinon, vous pouvez trouver un emploi, le plus souvent en tant qu’enseignant d’anglais. Recherchez des sites tels que GaijinPot et O-Hayo Sensei qui listent des postes pour les locuteurs natifs d’anglais. Si vous avez des qualifications dans l’enseignement de l’anglais, cela sera un plus. Vous pouvez quitter votre emploi et en chercher un autre, car vous pouvez être sans emploi avec un visa de travail pendant 90 jours. Trouver un emploi qui ne soit pas enseignant est moins commun, mais si vous avez les bons qualifications ou si vous parlez japonais, vous pouvez essayer.

Avoir un CV solide et impressionnant augmentera vos chances

Inscrivez-vous en tant qu’étudiant : si vous avez été accepté dans une école reconnue, vous aurez besoin d’une lettre d’inscription et d’une preuve de bourses ou d’un relevé bancaire pour prouver que vous pouvez vous gérer financièrement pendant que vous étudiez à l’étranger. Notez que vous n’êtes pas autorisé à travailler sauf si vous obtenez une permission spéciale des autorités d’immigration (et vous ne pourrez alors travailler que 20 heures par semaine). Épousez un citoyen ou un résident permanent du Japon : vous pouvez également épouser un citoyen ou un résident permanent du Japon. Cela vous donnera un visa de conjoint, valable de 6 mois à 5 ans.

Notez bien que vous devez demander votre permis avant de quitter votre domicile

Vous devez soumettre plusieurs documents à l’Ambassade, tels qu’un passeport, un formulaire de demande de visa, une photo et un certificat d’éligibilité (une lettre officielle de parrainage d’un emploi ou d’une école). Le processus peut prendre quelques semaines à quelques mois, alors faites vos arrangements bien avant votre vol. Une fois arrivé au Japon avec vos papiers à l’aéroport, les autorités vous délivreront une carte de résident. Gardez-la toujours dans votre portefeuille. Cette carte est nécessaire pour ouvrir un compte bancaire, obtenir un téléphone portable ou convertir un permis de conduire. Dans les deux premières semaines de votre arrivée, vous devez enregistrer votre adresse auprès du bureau de la ville ou du quartier le plus proche. Tant que vous êtes toujours employé ou inscrit à la fin de votre visa, le renouvellement de votre permis est relativement sans douleur et prend au maximum quelques semaines pour le traiter. Vous pouvez rester dans le pays pendant que cela est traité, même si votre précédent permis expire.

Logements

le-guide-ultime-pour-sinstaller-a-tokyo-tout-ce-que-vous-devez-savoir-avant-de-demenager

Vous pouvez demander à l’entreprise qui vous sponsorise d’arranger votre logement si vous avez un visa de travail, mais je vous conseille généralement de ne pas le faire car a) le loyer mensuel est généralement cher, b) vous n’avez aucun contrôle sur le lieu où vous allez vivre et c) cela vous mettrait dans une position difficile si vous souhaitez un jour quitter l’entreprise.

Mieux encore, trouvez un logement temporaire, une maison partagée, une auberge de jeunesse ou un Airbnb, jusqu’à ce que vous puissiez vous installer

Louer une maison partagée lorsque l’on arrive dans un nouvel endroit offre de nombreux avantages : les contrats sont généralement à l’année, avec l’électricité et l’eau compris et seulement un loyer pour le premier mois. Et elles sont souvent entièrement meublées avec un lit, une armoire et un bureau. Cependant, il existe des inconvénients, en particulier si vous appréciez votre intimité : la cuisine, les douches et les pièces communes sont à partager. Vous ne pouvez pas choisir vos colocataires et il y a généralement moins d’espace personnel. C’est donc plus comme un dortoir que comme un appartement. Mais c’est aussi une excellente façon de rencontrer d’autres expatriés. Je recommande de louer une maison partagée pendant les premiers mois jusqu’à ce que vous soyez assez en sécurité pour louer à nouveau.

Se déplacer

Pour les étrangers, traverser Tokyo est relativement simple, si vous connaissez les bases. Le système de train est étendu et l’un des meilleurs au monde. La ligne Yamanote fait une boucle autour du centre de Tokyo et vous pouvez y transférer vers un certain nombre de petites lignes. Vous voudrez obtenir une carte Suica, une petite carte rechargeable qui donne accès au système de train et de bus et qui fonctionne partout au Japon. Dans le centre, l’application Tokyo Subway Navigation fonctionne hors ligne et est utile pour tracer votre itinéraire. Bien que beaucoup de pancartes et d’annonces soient en japonais et en anglais, il ne fait pas de mal de connaître quelques kanji de base. Les trains sont classés selon leur vitesse et peuvent être identifiés par leurs kanji : Local (普通), Rapide (快速) et Express (急行). Le train local s’arrête à chaque station sur la ligne, le rapide en saute certaines et l’express en saute encore plus. Un de mes premiers jours à Tokyo, bien que je connaissais ces kanji, je n’ai pas remarqué et j’ai sauté dans un train rapide au lieu d’un local et bien sûr le train est passé mon arrêt ! Pour les autres zones où le métro ne passe pas, il y a toujours le système de bus, bien qu’il soit un peu plus compliqué pour le voyageur étranger qui ne connaît peut-être pas le japonais. Les vélos sont une autre excellente façon de se déplacer, cela peut être plus pratique et moins ennuyeux que les transports en commun.

Familiarisez-vous avec les règles de la route : ne pas faire du vélo avec un iPod ou un téléphone et rester du côté gauche de la route

Répondre exclusivement en français.

À propos de la communauté d’expatriés

Il y a environ 2 millions d’expatriés au Japon. Utilisez l’application Meetup pour trouver des groupes qui se réunissent régulièrement pour un verre après le travail. Essayez de faire des connexions avec des personnes qui ont des intérêts similaires avant de voyager afin de faciliter les rencontres une fois arrivé. Rejoignez également des “nomikai”, des fêtes ou des événements de boisson, pour rencontrer d’autres expatriés et des Japonais qui souhaitent pratiquer leur anglais.

Autres astuces utiles

Apprends un peu de japonais avant de partir, ça impressionne facilement ! N’oublie pas de retirer tes chaussures avant d’entrer chez quelqu’un. Fais attention au “piège du gaijin” où tu critiques trop ton pays d’accueil, ce qui peut mener à une spirale négative. Tu n’as pas à te plonger complètement dans la culture japonaise, par exemple en refusant de fréquenter des personnes non japonaises. Cela pourrait mener à une fatigue culturelle à long terme.